Le relativisme en arrive à faire du grand n'importe quoi

Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Le relativisme en arrive à faire du grand n'importe quoi

Messagepar Conspirator » Jeu Fév 27, 2014 11:08 pm

http://www.thenorthernecho.co.uk/news/1 ... s_Witness/

Une femme Tj connue pour être dépressive et schizophrène est trouvée dans un état de confusion avancée et avec un ulcère qui saigne abondamment, non soigné sûrement en raison de sa confusion mentale... Mais pouf, quand elle demande à refuser d'une transfusion, le juge trouve qu'elle est saine d'esprit et capable de prendre une décision réfléchie (la même capacité qui lui a permis de ne pas se soigner je suppose),...

Cela devient de plus en plus grossier et absurde comme raisonnement... Passons sur le fait qu'il faut qu'on ne nomme pas cette personne pour ce qu'elle a fait, subtilité qui me passe encore plus au-dessus, car bien sûr quand on a à faire à un suicidé classique on ne prends pas ce genre de précaution légale...
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.
Avatar de l’utilisateur
jean
Maitre
Messages : 113
Enregistré le : Dim Mai 30, 2010 2:18 pm

Re: Le relativisme en arrive à faire du grand n'importe quoi

Messagepar jean » Ven Fév 28, 2014 8:27 am

Salut,

Ah non, il y a le témoignage d'un Big Brother : "Le juge a dit qu'il a entendu le témoignage de l'un Témoin de Jéhovah qui a d'abord rencontré la femme en 1975. L'homme avait déclaré au tribunal que les croyances religieuses de la femme ont été constantes et elle auraient été'' désemparé'' à la perspective de recevoir une transfusion."

Le juge de conclure : "le droit à la vie était'' fondamental'' mais pas absolue." Il dit "qu'il n'y avait pas d'obligation pour un patient d'accepter un traitement de sauvetage et les médecins n'ont pas le droit ou l'obligation d'accorder un traitement."

Je me demande si tous les médecins seront d'accord avec cette dernière phrase ?

Cela voudrait dire que ; comme la dame avait 63 balais, était sans famille, et que son état mental était très déficient, cela a facilité les choses pour respecter ses volontés !!

A+
Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Re: Le relativisme en arrive à faire du grand n'importe quoi

Messagepar Conspirator » Ven Fév 28, 2014 12:39 pm

Donc au Royaume-Uni, le médecin a le droit (voire le devoir) de ne pas administrer un traitement à une personne qui physiquement ne subira aucune séquelle (on a bien compris que la watchtower joue sur la notion floue des conséquences morales et pas physiques d'une transfusion) et donc la condamner à mort, contrairement à tout ce qui est l'essence de ce métier (sauver des vies) par contre le droit à l'euthanasie, c'est à dire qu'un médecin administre une substance mortelle pour libérer quelqu'un d'une vie de souffrance est refusée:

http://www.courrierinternational.com/br ... paix-enfin

Quelle bandes d'hypocrite.

En France aussi, mais au moins la conscience du médecin en France n'est pas niée, il est là pour sauver des vies, par pour regarder des gens facilement sauvable, se vider de leur sang, et qui lui diront merci des années après s'il les sauve par une transfusion, comme on a des tas de témoignages, par contre on en a AUCUN de TJ qui après avoir été transfusé ait vécu dans des souffrances psychologiques, et c'est là TOUTE l'hypocrisie du relativisme, si effectivement le TJ a toute sa vie ce fardeau sur les épaules, autant le laisser mourir sans transfusion, curieusement aucun juge n'a jamais demandé à cette noble religion de fournir un cas de personnes transfusée de force qui a foutu sa vie en l'air après, en raison de cette contrainte qu'elle aurait subie !!! et c'est là l'ironie de tout ce charabia, sur la transfusion comparée au viol: OU SONT LES VICTIMES D'UNE TRANSFUSION FORCEE ????, on doit bien y avoir des victimes TJ qui ont menées une vie de m.... après que les méchants médecins les aient transfusées ???? On a bien des familles de TJ qui se déchirent après un refus de transfusion et un décès, comme par exemple le cas de la jeune fille canadienne mineure, et la séparation du mari et de la femme après son décès, et plein d'autres cas comme çà, par contre les pauvres victimes TJ qui subiraient un fardeau d'avoir été transfuser de force, et qui traineraient çà comme un viol toute leur vie:

JE N'EN AI JAMAIS RENCONTRE !!!!, et vous ???
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.
yalbmert99
Maitre
Messages : 491
Enregistré le : Mar Déc 08, 2009 4:17 pm
Contact :

Re: Le relativisme en arrive à faire du grand n'importe quoi

Messagepar yalbmert99 » Dim Mar 02, 2014 8:06 pm

En effet!!!

Aussi, la wt aurait fait dire aux surveillants qu'il ne faut pas faire une psychose lorsqu'on cherche à savoir si un aliment au supermarché contient du sang ou non, peut-être devrait-on ne pas en faire une psychose si on accepte une transfusion sanguine également...

Retourner vers « Sang »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité