LE Souper du Seigneur et la signification du sang.

Jude

LE Souper du Seigneur et la signification du sang.

Messagepar Jude » Dim Fév 26, 2012 8:13 pm

Salutation en Christ,

En premier lieu nous devons voir courtement la signification de la Pâque de l’A.T.

Le Souper du Seigneur a été institué lors d’un Repas de la Pâque.
Ce jour-là, le Seigneur dit à Ses disciples:
Allez à la ville, auprès d’un tel, et dites-lui: le Maître dit:
Mon temps est proche; je ferai la Pâque chez toi avec mes disciples
” (Mat. 26.18).

Lors de ce Repas, Judas mit la main dans le même plat que le Seigneur et c’est pourquoi Jésus dit au v. 23:
Celui qui aura trempé la main avec moi dans le plat, celui-là me livrera”.

L’évangéliste Marc nous raconte ces événements en détail:
Et comme ils mangeaient, Jésus, ayant pris un pain et ayant béni, le rompit et le leur donna,
et dit: Prenez; ceci est mon corps.
Et ayant pris la coupe et ayant rendu grâces, il la leur donna; et ils en burent tous.
Et il leur dit: Ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui est versé pour plusieurs
” (Marc 14.22-24).

Il n’y a probablement aucun autre texte dans toute la Bible qui ait été aussi mal compris et mal interprété que celui présentant le Souper du Seigneur.
Dans le passage biblique que nous venons de lire, la Nouvelle Alliance était sur le point d’être conclue.

Le Sang de la Nouvelle Alliance ne fut pas versé lors de cette Pâque, de ce Souper, mais bien à la croix de Golgotha.

Pendant le Repas, le Sang divin se trouvait encore dans le corps du Rédempteur, et non pas dans la coupe!
Nous devons considérer le passage se rapportant à la conclusion de l’Alliance de l’A.T, afin de comprendre quelle correspondance il a avec le Souper du Seigneur et la conclusion de l’Alliance du N.T

L’Eternel Dieu avait communiqué à Moïse toutes les ordonnances.
Celui-ci les écrivit et il les communiqua au peuple:
Et il prit le livre de l’alliance, et le lut aux oreilles du peuple; et ils dirent:
Tout ce que l’Eternel a dit, nous le ferons, et nous écouterons.
Et Moïse prit le sang, et en fit aspersion sur le peuple, et dit:
Voici le sang de l’alliance que l’Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles
” (Ex. 24.7,8).

Le peuple de l’Ancienne Alliance avait expérimenté la délivrance, l’affranchissement et la sortie de l’esclavage, et cela au moment où, conformément à l’ordonnance divine, chaque maison avait sacrifié l’agneau, mangé la viande rôtie au feu et mis le sang sur les poteaux et les linteaux pour sa propre protection.
C’était un signe que l’ange destructeur devait respecter.
Dans une maison placée sous la protection du sang, le fils premier-né ne pouvait pas être frappé par la mort.
Nous lisons au sujet de l’institution du repas de la Pâque dans Exode 12.1-13:
Et le sang vous sera pour signe sur les maisons où vous serez;
et je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous,
et il n’y aura point de plaie à destruction au milieu de vous, quand je frapperai le pays d’Egypte
” (v. 13).

Ainsi tous les premiers-nés des Israélites furent épargnés, comme l'Eternel l'avait dit.
Le sang de l’Agneau apporta la sécurité face à la destruction.
L’alliance conclue par Dieu avec Son peuple prit force de loi par ce sang.

Nous lisons au v. 14 en rapport avec la Pâque:
Et ce jour-là vous sera en mémorial, et vous le célébrerez comme une fête à l’Eternel”.

C’était donc un souvenir de la délivrance. C’est-à-dire de la sortie de l’esclavage et de la protection accordées par Dieu à Son peuple.
Deux choses ressortent ici.
- Premièrement, le fait que ce sang répandu pour le peuple d’Israël a donné force de loi à l’Alliance et qu’il sauva la vie des rachetés; deuxièmement que la fête a été instituée en souvenir de leur rachat et de la sortie de l’esclavage.
Ces deux faits importants se trouvent également confirmés lors du Souper du Nouveau Testament.
Il ressort de cela que les rachetés devaient se déclarer prêts à suivre et à mettre en pratique toute la Parole de Dieu.
Ce n’est qu’après cette déclaration que Moïse les aspergea de sang, comme d’un signe visible montrant que cette assemblée rachetée se trouvait alors sous la protection du sang.
C’est en souvenir de cet événement qu’Israël devait célébrer le repas de la Pâque.
Dans Luc 22 notre Seigneur dit:
J’ai fort désiré de manger cette Pâque avec vous, avant que je souffre…
Et ayant pris un pain, et ayant rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant:
Ceci est mon corps, qui est donné pour vous: faites ceci en mémoire de moi
” (Luc 22.15,19).

Lors du Souper du Seigneur, les croyants du N.T pensent à la rédemption pleinement accomplie par le Sang de la Nouvelle Alliance versé pour le peuple de la Nouvelle Alliance.

Le Seigneur Jésus a représenté symboliquement de quoi il s’agissait.
Le pain qu’Il brisa avait été préparé pour le repas de la Pâque et par ce fait il était sans levain.
Le vin de la coupe qu’Il donna à boire à Ses disciples, venait de la vigne.
Selon Matthieu, le Seigneur dit:
Mais je vous dis que désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne,
jusqu’à ce jour où je le boirai nouveau avec vous dans le royaume de mon Père
” (Mat. 26.29).

Comme le pain est rompu de façon visible lors du Souper, ainsi de façon tout aussi visible le corps de Jésus fut-il frappé, torturé et crucifié.
Aussi vrai que le vin se trouve dans la coupe, tout aussi réellement le Sang de l’Agneau de Dieua-t-il coulé pour le pardon de nos péchés .

Ce qui a souffert, ce n’est pas le pain même que nous brisons et mangeons, mais bien notre Seigneur Jésus lorsqu’Il a pris toutes choses sur Lui, dans le corps de Sa chair, et qu’Il a souffert pour toute l’humanité.
Le vin n’a pas davantage été transformé qu’il n’a été répandu à terre; il fut bu lors du Souper du Seigneur par ceux qui étaient présents.

C’est le Saint Sang de notre Rédempteur qui a été répandu, et Lui-même en tant que Souverain Sacrificateur “avec son propre sang, est entré une fois pour toutes dans les lieux saints, ayant obtenu une rédemption éternelle” (Hb. 9.12).
Plus loin, au v.14, il nous est encore dit:
Combien plus le sang de Christ, qui, par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu sans tache,
purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, pour que vous serviez le Dieu vivant!
”.

Il n’est rien écrit d’une transformation du pain et du vin.

Quand le Seigneur dit en tenant le pain dans Sa main: “Ceci est mon corps” (Mat. 26.26), le pain est déjà prêt et n’a plus besoin d’être transformé au moyen d’une cérémonie ou du tintement d’une clochette.
Lorsque le Seigneur dit: “Ceci est mon sang…”, c’est donc bien cela et cela n’a pas davantage besoin d’être transformé pour le devenir.
Il est parfaitement évident que le Seigneur n’a pas littéralement donné aux Siens la chair de Son corps terrestre, ni Son Sang, mais qu’il s’agit ici d’une représentation symbolique.
Il n’est pas davantage mentionné dans les Saintes Ecritures qu’à chaque fois dans la Cène, Christ Se sacrifie à nouveau pour les vivants et même pour les morts, et qu’Il devient Lui-même Seigneur Dieu dans l’hostie que les hommes mangent ensuite. (Quelle pensée horrible!)
Naturellement que les Saintes Ecritures ne font pas mention de cela, et ce sont là des affirmations en contradiction directe avec l’enseignement de Christ:
“… mais celui-ci, ayant offert un seul sacrifice pour les péchés
Car, par une seule offrande, il a rendu parfaits à perpétuité ceux qui sont sanctifiés…
C’est ici l’alliance que j’établirai pour eux après ces jours-là, dit le Seigneur…
Et je ne me souviendrai plus jamais de leurs péchés, ni de leurs iniquités.
Or, là où il y a rémission de ces choses, il n’y a plus d’offrande pour le péché
” (Hb. 10.12-18).

Celui qui lit plus loin dans ce chapitre y trouve exprimée la pensée de l’historique du salut: que, par le moyen du Sang de Jésus, ce salut nous donne une libre entrée dans le Sanctuaire céleste par le chemin nouveau et vivant.
Ce qui est arrivé à Golgotha l’a été une fois pour toutes et cette oeuvre a force de loi pour tous ceux qui, par la foi en Jésus-Christ, reçoivent le pardon de leurs péchés et la vie éternelle. La Bible dit:
Et comme il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela le jugement,
ainsi le Christ aussi, ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois,
sans péché, à salut à ceux qui l’attendent
” (Hb. 9.27,28).

Christ ne s’offre pas chaque jour ou chaque Dimanche dans divers lieu où l'on prétend voir sa présence.
C’est quelque chose d’impossible et d’entièrement non biblique.

La notion catholique de “transsubstantiation” et de “sacrifice de la messe” devrait, dans la pensée catholique, exprimer le fait que les substances, le pain et le vin, seraient véritablement transformées en Corps et en Sang de Christ, et celles-ci seraient chaque fois à nouveau sacrifiées, puis mangées et bues.
Si la chose arrivait réellement ainsi, ce serait terrible, et l’enseignement de la transsubstantiation n’existe pas car cela n’a pas été de fondement dans les Écritures.
Une telle superstition, et tout ce qui l'accompagne, n’a pas non plus existé dans le christianisme primitif des premiers siècles et pas plus aujourd'hui par ceux qui ont reçu Christ..

L’Eglise primitive célébrait le Souper du Seigneur de la manière la plus simple.
On l’appelait “la fraction du pain”, et cela avait lieu ici et là dans les maisons.

Et ils persévéraient dans la doctrine et la communion des apôtres, dans la fraction du pain et les prières” (Actes 2.42).

Les ordonnances que l’apôtre Paul donne dans 1 Corin 10 et 11 sont très importantes:
Je parle comme à des personnes intelligentes: jugez vous-mêmes de ce que je dis.
La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas la communion du sang de Christ?
Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion du corps de Christ?
Car nous qui sommes plusieurs, sommes un seul pain, un seul corps,
car nous participons tous à un seul et même pain
” (1 Cor. 10.15-17).
Quel témoignage clair!

Aujourd’hui encore, toute Eglise biblique célèbre le Souper du Seigneur tel qu’il a été établi et pratiqué dans l’Eglise primitive: il s’agit d’un pain cuit, fait de farine de blé et évidemment sans levain, préparé proportionnellement au nombre de participants.

Le berger de l’église locale élève le pain, pour lequel il remercie le Seigneur, puis il le bénit au Nom du Seigneur.
Ensuite ce pain est rompu et distribué par les anciens aux participants, et chacun en prend un morceau, car l’ensemble des membres de l’Eglise forme le Corps de Christ.
Le pain doit représenter l’unité du Corps, c’est-à-dire de l’Eglise, alors que ce qui a été brisé en menus morceaux représente les divers membres du Corps, comme cela est exprimé dans 1 Corin 10.17.
Pendant ce Repas, les véritables croyants faisant partie du Corps de Christ ont, dans une sainte crainte de Dieu, une communion toute particulière avec le Seigneur, l’Agneau de Dieu qui mourut pour eux, et également les uns avec les autres.
Le pain ayant été partagé entre tous, la coupe est élevée à son tour et bénie, après qu’on ait remercié le Seigneur pour le rappel de ce Sang précieux versé à Golgotha.
Ensuite, la coupe est présentée à chacun pour qu’il en boive.
Comme l’apôtre l’a exposé, c’est la coupe de bénédiction et de communion des croyants, lesquels constituent la troupe des rachetés par le Sang qui ont été crucifiés avec Christ et sont ressuscités avec Lui.

Au chapitre 11 de l’épître aux Corinthiens, Paul met l’accent sur le fait qu’il a reçu du Seigneur ce qu’il nous a laissé en partage:
“… c’est que le Seigneur Jésus, la nuit qu’il fut livré, prit du pain, et après avoir rendu grâces,
il le rompit et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu vous;
faites ceci en mémoire de moi
” (1 Cor. 11.23,24).

Il est très important de noter qu’il n’est pas seulement dit ici: “Ceci est mon corps”, mais bien: “Ceci est mon corps, qui est rompu vous”.
En fait, avec Son corps de chair (littéralement parlant), Il est ressuscité et s’en est allé au Ciel.
Pour recevoir la clarté, nous devons autant que possible y ajouter beaucoup de passages bibliques qui concernent et traitent du même thème.

Il s’agit de la Vie divine qui se trouvait ici sur terre dans le Sang divin.
En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes” (Jn 1.4).

Et c’est ici le témoignage: que Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils:
Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie
” (1 Jn 5.11,12).

Car l’âme de la chair est dans le sang; et moi je vous l’ai donné sur l’autel, pour faire propitiation pour vos âmes;
car c’est le sang qui fait propitiation pour l’âme. C’est pourquoi j’ai dit aux fils d’Israël:
Personne d’entre vous ne mangera du sang, et l’étranger qui séjourne au milieu de vous ne mangera pas de sang
” (Lév. 17.11,12).

Donc il ne s’agit pas du sang en tant que composé chimique, mais de la Vie de Dieu (existant en Jésus pendant Sa présence sous une forme humaine) qui devrait venir maintenant en tous les rachetés qui ont été réconciliés avec Dieu par le Sang précieux.
En transmettant cette pensée, nous ne devrions pas perdre de vue ceci: que celui qui a part au Sang versé, prend en Lui la Vie qui s’y trouve.
Comme la Vie de Dieu était en Christ, il s’agit ici de la Vie éternelle.
C’est la pensée principale qui, dans les Saintes Ecritures, est énoncée dans la proclamation de l’Evangile ainsi que dans le Souper du Seigneur.

Au verset 12 de Lévitique 17 il est expressément interdit de manger du sang, et il en est de même ultérieurement dans la Nouvelle Alliance, selon qu’il l’a été ordonné dans Actes 15.29.

Si le vin dans la coupe était véritablement changé en sang, les croyants, en connaissance de cause, agiraient en contradiction avec les ordonnances de Dieu.

En cela aussi nous avons besoin de la compréhension spirituelle.
Lors du Souper du Seigneur il ne s’agit pas d’une transformation de substances, lesquelles ne sont là que comme un symbole visible exprimant le sens et le but divins, mais ici il s’agit bien davantage de mettre clairement devant nos yeux le fait que par la foi en l’expiation et en la délivrance pleinement accomplies à la Croix nous avons reçu en nous la Vie de Christ.

Notre Rédempteur dit:
Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel:
Si quelqu’un mange de ce pain il vivra éternellement;

or le pain aussi que je donnerai, c’est ma chair, laquelle je donnerai pour la vie du monde…
Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que moi, je vis à cause du Père,
de même celui qui me mangera, celui-là aussi vivra à cause de moi
” (Jn 6.51,57).

En rapport avec la soi-disant “transsubstantiation”, il serait bon que chacun relise de quelle manière eut lieu le premier miracle que Jésus fit à Cana en Galilée.
Il transforma l’eau en vin, et le maître d’hôtel lui-même fut étonné de l’excellence de la qualité de ce vin (Jn 2).

Ce vin qui provenait de l’eau était bien meilleur que le vin qui avait été distribué auparavant.
Les gens ne buvaient pas de l’eau en faisant semblant de croire que c’était du vin.
Non, au contraire, ils buvaient du vrai vin.
Mais jusqu’aujourd’hui, pas une seule personne mangeant l’hostie n’a pu remarquer que celle-ci aurait été changée en viande.
En fait, cette pratique n’est rien d’autre qu’un culte du mystère, et cela n’a rien à voir avec le christianisme.
D’une part, le pain de ce Souper symbolise le corps de Christ qui a été offert en sacrifice, et d’autre part il symbolise l’Eglise, le Corps de Christ qui, selon 1 Corin 10.15-17, est clairement visible et l’accent est mis sur:
Faites ceci en mémoire de moi.
De même il prit la coupe aussi, après le souper, en disant:
Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang:
faites ceci, toutes les fois que vous la boirez, en mémoire de moi
” (1 Cor. 11.24,25).

Celui qui mange le pain y trouve le goût du pain; celui qui boit le vin y trouve le goût du vin. C’est la pure et simple vérité.
Le Seigneur est ressuscité corporellement et est monté au Ciel. Personne n’a le pouvoir ici sur terre de faire, d’un gâteau, Son Corps.
D’ailleurs il ne s’agit pas du tout de cela, mais bien de la Vie de Dieu qui se trouvait dans l’Agneau de Dieu et que nous devons recevoir en nous:
Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’être enfants de Dieu,
savoir à ceux qui croient en son Nom
” (Jn 1.12).
Ceci ne peut être dit d’une manière plus claire et nette.

La coupe représente la Nouvelle Alliance qui, par le Sang de l’Agneau sacrifié, a acquis force de loi.
Ce ne sont pas le pain et le vin qui doivent être changés pour être faits Christ mais c’est le vieil homme qui doit être transformé en un nouvel homme, et cela en vertu de la puissance de rédemption, par la Parole, le Sang et l’Esprit du Seigneur.

Quiconque a fait une telle expérience biblique peut prendre part au Souper du Seigneur (de la juste manière).

Ce Repas commémoratifa été établi de manière à perpétuer jusqu’à la fin du temps de la grâce le souvenir de l’action de notre salut.
Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez la coupe,
vous annoncez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne
”.

Remarquez bien qu’il n’est pas dit: “Chaque fois que vous mangez cette chair” mais bien:
“… toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez la coupe”.

Ce n’est que ce qui a été versé dans la coupe qui peut être bu.
La pratique de l’église romaine se trouve hors de la volonté de Dieu et de Sa Parole et seul le point de vue de Dieu doit être considéré et c’est également ainsi qu’il doit être traité et compris.

Jude
Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Re: LE Souper du Seigneur et la signification du sang.

Messagepar Conspirator » Lun Fév 27, 2012 12:29 pm

C'est le dernier message/démonstration que je laisse passer, si je notes que personne ne discute avec vous sur les sujets/démonstrations que vous lancez, je serai contraint de ne plus les laisser passer... Vous êtes libre de monter votre site ou forum comme bon vous semble ailleurs, pour faire la promotion de vos idées religieuses..
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.
Jude

Re: LE Souper du Seigneur et la signification du sang.

Messagepar Jude » Lun Fév 27, 2012 1:09 pm

Salutation en Christ,

tjrecherches a écrit :C'est le dernier message/démonstration que je laisse passer, si je notes que personne ne discute avec vous sur les sujets/démonstrations que vous lancez, je serai contraint de ne plus les laisser passer...
Vous êtes libre de monter votre site ou forum comme bon vous semble ailleurs, pour faire la promotion de vos idées religieuses..


Encore merci mais je n'ai aucun forum ni site perso.

Mon seul but étant de proclamer le véritable Évangile de Christ (à celui qui veut bien le recevoir comme dit l'écriture) et rien d'autres.

Et j'aurai aimé que, de votre part, vous puissiez me communiquer votre position en Christ (si cela est possible) afin que je puisse discerné si l'intérêt de votre forum est la proclamation de la Vérité (vu que vous semblez tous être sortis du système WT) ou simplement un forum de discussion entre "EX TJ".

Ainsi merci de bien vouloir m'avertir si mes propos dérangent et vous pouvez m'écrire même en privé si cela vous arrange :

judev3@ymail.com

Jude
Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Re: LE Souper du Seigneur et la signification du sang.

Messagepar Conspirator » Lun Fév 27, 2012 4:37 pm

Jude a écrit :Mon seul but étant de proclamer le véritable Évangile de Christ (à celui qui veut bien le recevoir comme dit l'écriture) et rien d'autres.


C'est bien ce que j'avais compris et bien ce que je vous reprochais. J'aime bien que la tranquillité de ce forum ne soit troublée que par "une discussion" sur le sujet du forum, et pas par une "proclamation"...
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.
yalbmert99
Maitre
Messages : 493
Enregistré le : Mar Déc 08, 2009 4:17 pm
Contact :

Re: LE Souper du Seigneur et la signification du sang.

Messagepar yalbmert99 » Mar Fév 28, 2012 9:10 pm

lol :D je ne peux m'empêcher de rire!!!

Retourner vers « Sang »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité