Paturel se fait avoir par une page web de type Gorafi

Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Paturel se fait avoir par une page web de type Gorafi

Messagepar Conspirator » Sam Avr 23, 2016 5:03 pm

Pour que notre ami Paturel, pris les mains dans le pot de confiture, ne puisse pas effacé la preuve comme c'est de coutûme sur les sites polémiques, je copierai ici en intégrale sa page qui est une grosse grosse bourde de sa part, s'il prenait le temps de lire, analyser et réfléchir ce qu'il lit, avant de glapir ses refrains de victime perpétuelle, allant jusqu'à utilisé l'épisode difficile et dramatique des attaques terroristes pour toujours revenir à sa seule et unique cause sans qu'il n'est de lien à part dans l'esprit de notre ami:

Tiré de http://christianpaturel.com/france-vers ... ntisectes/ (qui va bientôt disparaître, mais c'est à hurler de rire, nous sommes le 23/04/2016, cela fait 23 jours qu'il a pondu çà et aucun de ses amis ne s'est aussi rendu compte de sa bourde, pire elle est cité par le très "sérieux" Droit_TJ qui gobe tout ce qu'écrit son copain)

droittj.JPG


Le lien sur le site droit tj renvoit vers le site de Paturel, une copie partiel de tout l'article comme preuve

patu1.JPG


VOUS NOTEREZ QU'A AUCUN MOMENT DANS l'ARTICLE PATUREL NE VA DIRE QU'IL EST ENTRAIN DE FAIRE UN PASTICHE, TOUT SIMPLEMENT PARCE QU'IL N'EN FAIT PAS, IL A SIMPLEMENT GOBE TOUT CRU CE QU'IL A LU SUR UN SITE DE DEFENSE DES SECTES:


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FRANCE : VERS UN DESAVEU DE LA POLITIQUE NATIONALE ANTISECTES

Mar 30, 2016 by Christian Paturel

cpa1 Le moins que l’on puisse dire, c’est que les pouvoirs publics, c’est à dire tous les gouvernements qui se sont succédés depuis 1974 (date de création de la première ADFI à Rennes), n’ont pas fait preuve d’une grande clairvoyance en matière de dérives sectaires.

La France au théâtre de Guignol

Trop préoccupés par l’existence et le développement de groupements minoritaires pacifiques, nos responsables politiques ont été frappés de cécité (ou de lâcheté), s’agissant de l’apparition des dérives sectaires djihadistes.

Pendant que la France se livrait à une véritable guerre civile contre des minorités spirituelles et religieuses, guerre étendue par la suite aux thérapies et modes alimentaires, et mobilisait pour cette « noble cause » les médias, les fonds publics, les parlementaires (4 commissions d’enquête sur les sectes), l’Hydre djihadiste montait, grandissait, menaçait et gangrénait toute la société.

cpa2Simple rappel : dès 1996, il y a dix ans, le RAID démantelait des cellules terroristes islamiques. Les responsables politiques de l’époque interdisaient aux policiers de prononcer le mot « terroristes », il fallait uniquement invoquer le nom « bandits ». On aurait pu utiliser d’autres synonymes tout aussi peu réalistes : « méchants, vilains, voyous ». Il ne fallait surtout pas inquiéter l’opinion publique, la bonne « politique de l’autruche » a toujours des adeptes. Selon le credo national de l’époque, seules les sectes qui étaient pointées du doigt par l’Etat et ses dirigeants constituaient le danger (voir notamment les rapports parlementaire de 1982, 1995, 2006). Ces derniers se voilaient la face et abusaient de la confiance qui leur a été accordée par le peuple Français. Les attentats des 7 janvier et 13 novembre 2015 provoqueront une onde de choc, une prise de conscience qui sera aussi brutale que dramatique.

Dans le même temps, les minorités pacifiques : Témoins de Jéhovah, Scientologues, Rosicruciens… étaient mises au pilori, trainées dans la boue, accusées de tous les maux de la société, leurs membres victimes de licenciements abusifs… Georges Fenech, grand pourfendeur de sectes devant l’Eternel, procédait à des perquisitions de choc au sein de communautés particulièrement dociles, le tout bien évidemment sous la haute protection de plusieurs dizaines de gendarmes chargés d’assurer sa sécurité, qui on le conçoit , était particulièrement menacée…

DE GUIGNOL A…. UBU

cpa3Aujourd’hui, sous la pression des attentats terroristes et des interrogations des Français, la classe politique semble vouloir faire son mea culpa. Expliquons nous !

Le 21 mars dernier, les députés ont décidé de créer une « Commission d’enquête parlementaire ». Rien de nouveau me direz-vous. Nous le savons tous, en France quand on veut enterrer un problème, on nomme une commission d’enquête.

(Lire l’article de Jean-Luc Martin-Lagardette)

La nouveauté porte sur le point suivant : cette commission est chargée d’établir « un diagnostic sans concession » sur « la façon dont le pays lutte contre les sectes depuis le début des années 80 jusqu’à aujourd’hui ».

« Sans concession » avez-vous dit ? Le « diagnostic », s’il est honnête, sera inévitablement un réquisitoire car la politique nationale française sur les sectes, que la France présente, en toute modestie, comme modèle à la communauté internationale, est un fiasco complet. Tous les efforts déployés en ce domaine depuis plus de trente ans ont été inutiles, stériles, coûteux et à la limite anticonstitutionnels compte tenu du principe de laïcité :

création de la Miviludes,
mise en place d’une police spécialisée,
financement sur fonds publics d’associations antisectes,
formation de fonctionnaires sur ce qui constitue un non-problème,
création et financement quasi intégral d’une ONG (la FECRIS)
Manipulation de l’opinion publique à travers des émissions et reportages grâce au soutien inconditionnel des médias…

Cette politique absurde n’est pas sans rappeler la ligne Maginot, cette barrière infranchissable qui avait été mise en place après la guerre de 14/18 aux fins de prévenir une nouvelle invasion allemande. Obstacle qui a été tout simplement contourné par l’ennemi en mai 1940. Un monument dédié à la bêtise humaine.

Elle n’est pas non plus sans rapport avec les « chasses aux sorcières » qui ont ravagé les Etats-Unis d’Amérique dans les années 50 à l’époque du maccarthysme (voir article « Charly Chaplin défendeur des libertés »). Une période noire que le peuple américain veut oublier.

Aujourd’hui le monde politique semble vouloir « changer son fusil d’épaule » (un changement d’épaule n’implique nullement qu’une guerre soit terminée…).

Cette nouvelle commission d’enquête parlementaire va enquêter sur le travail fourni par ses quatre devancières (ubuesque !). Interrogé, le président de « la petite dernière » a néanmoins fourni sa feuille de route :

«faire évoluer la politique nationale du tout répressif vers la connaissance et la reconnaissance sociale sous conditions, de certains groupes et voies thérapeutiques »

Juste une question : cette « politique nationale du tout répressif » semble donc avoir été mise en place avant toute « connaissance » du phénomène qu’il s’agissait d’endiguer ? On légifère avant de connaître le problème ! Curieuse et inquiétante méthode législative !

N’est-ce pas «mettre la charrue avant les boeufs » (vieux dicton populaire) ?

«remplacer l’arsenal existant par une information neutre par des experts indépendants ».

La même remarque s’impose. Apparemment ça ne semble pas être le cas jusqu’à ce jour.

Restons donc prudents, de grands changements « pourraient » être en cours.

« Pourraient » ? En effet, car il se « pourrait » aussi « que la montagne accouche d’une taupinière ».

La France n’est-elle pas une « société bloquée » ? (Discours de 1969 du Premier ministre Jacques Chaban Delmas) et, pourrait-on ajouter… aveugle, pour son grand malheur.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le lien de Paturel renvoie à ce site: http://debredinoire.fr/une-mission-denq ... antisecte/

Dont voici une copie d'écran

debredinoire.JPG


et le texte intégral (notez le second degré, le sociologue nommé Pourdieu et non Bourdieu, vrai nom du vrai sociologue :D ) publié dans la rubrique "infaux"



Vous êtes ici : Accueil » Libertés » Une mission d’enquête parlementaire sur trente ans de politique nationale antisecte
Publié le 22 mars 2016
Libertés
Contrôle démocratique
Une mission d’enquête parlementaire sur trente ans de politique nationale antisecte

A l’initiative du parti Arc-en-ciel (AEC), les députés ont décidé ce 21 mars 2016 la création d’une commission d’enquête parlementaire sur « la façon dont le pays lutte contre les sectes depuis le début des années 80 jusqu’à aujourd’hui ».
enq parlem

Séance d'une commission d'enquête parlementaire. Photo : Assemblée nationale.

Décontenancés par les attentats perpétrés par des sectes terroristes en 2015, un certain nombre de parlementaires, interpelés par des parents de victimes et par des articles de presse, ont voulu comprendre pourquoi, alors que la France est « lourdement engagée depuis plus de trente ans dans la lutte contre les sectes, notre système institutionnel n’a pas su prévoir ni endiguer la montée des dérives sectaires djihadistes sur le territoire ». Il faut donc effectuer un « diagnostic sans concession » de ce système pour pouvoir proposer, éventuellement, des « pistes de réforme ».

La commission sera présidée par le député centriste Abou Pikar. Jacques Renard (divers gauche), qui préside le groupe d’études sur les sectes à l’Assemblée nationale, a été désigné rapporteur.
Une sous-catégorie de citoyens

Dans l’exposé des motifs présenté par Bernard Ammoytier (droite), les députés disent vouloir « mesurer l’efficacité de [cette] politique ». Ils s’interrogeront en effet sur les raisons qui ont motivé la constitution de quatre commissions d’enquête (un record absolu pour une seule thématique), la création de la Miviludes et d’une police spécialisée, le financement public des associations dites « antisectes », le vote de lois spécifiques « visant une sous-catégorie de citoyens », etc. Le tout pour aboutir à la multiplication des groupes sectaires (116 en 1982, 172 en 1995, plus de 800 aujourd’hui), à l’explosion des signalements de dérives sectaires, notamment dans le domaine de la santé, et à l’engagement de nombreux jeunes Français dans le fanatisme islamiste.

Les « sectes » : un problème « mal posé »
Pourdieu

Le sociologue Jacques Pourdieu. Dessin : JL ML.

Selon le sociologue Jacques Pourdieu, la politique française de « lutte contre les sectes » repose sur une base « totalement erronée » : les « adeptes » de ces mouvements, tout comme les jeunes recrues des djihadistes, seraient en quelque sorte « envoûtés » par les groupes manipulateurs qui emploieraient des techniques visant à « annihiler leur libre arbitre ». Leurs comportements seraient ainsi téléguidés ; l’emprise mentale de leurs mentors sur leur conscience serait LA cause de leur dérive et de leur changement de vie.

« Certes, on ne peut nier l’existence de propagandes, de tentatives de suggestion et de séduction, admet Jacques Pourdieu. Mais un sujet humain est et reste un sujet ! Il existe toujours une part de choix, d’adhésion volontaire en tout individu. C’est son désir de donner un sens à sa vie, c’est son besoin de transcendance qui le font opter pour telle ou telle perspective autre. En fait, le peu d’attrait des religions, des schémas idéologiques ou médiatiques entourant le candidat à la conversion face, en contraste, à l’excitation de voies exaltantes parce que semblant absolues, constitue LA vraie faille de tout le système. Donc, en se contentant de diaboliser l’offre « différente », au lieu d’améliorer, d’enrichir et de diversifier l’offre existante, les pouvoirs publics et la presse s’interdisent toute compréhension juste et, par là, tout traitement adéquat du problème ».

Les parlementaires ont tenu, cependant, à souligner « le rôle indispensable d’accueil des angoisses et d’écoute » des familles tenu tant par la Miviludes que par les associations dédiées, affirmant que leur investigation portera surtout « les suites qui sont données à ces signalements ». Nombre d’observateurs, notamment dans le milieu scientifique et à l’étranger, ont en effet critiqué « la partialité, l’agressivité, le non respect de la présomption d’innocence, la discrimination arbitraire et l’abus de pouvoir » des instances qui luttent contre les sectes.
Une information neutre et indépendante

Le président de la commission a évoqué en conférence de presse la possibilité de :

- faire évoluer la politique nationale « du tout répressif vers une meilleure connaissance et une reconnaissance sociale, sous des conditions à définir, de certains groupes et voies thérapeutiques empruntées » ;

- remplacer l’arsenal existant par « une information neutre et conçue par des experts indépendants, [ainsi que par] un dispositif de recueil des plaintes impartial intégrant le principe du contradictoire et adossé à un mécanisme éthique de médiation ».

Les élus devront rendre leurs conclusions à la mi-octobre.

(Rubrique : Infaux)
----------------------------------------------------------------------------------------------

Le sens de la rubrique "Infaux" est explicité par cet auteur dans cette copie d'écran de son site (http://debredinoire.fr/pourquoi-ce-site/):

infaux.JPG


CQFD. Bravo Patu, même quand un type défendant ton mouvement, invente une commission parlementaire "idéale" par ironie, non seulement tu ne repère pas qu'il est en pleine invention et que tout cela n'est qu'une chimère, mais en plus malgré "le rêve" que cela devrait représenter pour toi, tu n'arrives pas à te réjouir... et tout tes copains qui ont bien lu ton papier, et le cite comme digne d'être lu, comme Davy Forget sur son site, n'arrive pas pendant un mois à se rendre compte que tu débloques grave.

Les mecs vous êtes très fort, effectivement y a plus besoin de type comme moi, je peux vraiment prendre ma retraite, vous vous ridiculiser tout seul comme des grands :D
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.
Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Re: Paturel se fait avoir par une page web de type Gorafi

Messagepar Conspirator » Lun Mai 09, 2016 3:54 pm

Notons que Régis Dericquebourg a qui on a semble t-il filé l'info en Mars, s'interroge sur sa page Facebook à l'époque, si cette histoire de commission ne serait pas un poisson d'avril avant l'heure. S'il s'interroge c'est donc que certains lui ont présenté cette histoire comme sérieuse, non ?
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.

Retourner vers « Le coin des Tj borderline et des apologistes pro-TJ »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité