Les relations familiales sous Rutherford

Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Les relations familiales sous Rutherford

Messagepar Conspirator » Jeu Déc 15, 2011 9:01 am

Je remets ici le lien du forum jw.com que j'ai mis sur tj-encyclo hier, mais cette fois-ci pour le témoignage d'un "vieux" ex-TJ sur le déroulement du mariage de ses parents à l'époque de Rutherford.

Le mariage était tellement mal vu que les parents du type, ont fait juste l'enregistrement légal de leur mariage et sont repartis directement prêcher de porte en porte...

Il semble que tant que Knorr ne se soit pas lui-même marier, ces TJ n'avaient pas de bagues de mariage (comme quoi, il y avait peut-être une logique anti-païenne au temps de Rutherford; car on se moque maintenant; car de nos jours leur refus de tout ce qui est païen ne leur interdisent plus de porter une bague de mariage qui est pourtant aussi d'origine "païenne"...)

ET bien sûr le fait que le type en question était le seul enfant TJ de l'époque dans sa congrégation...

http://www.jehovahs-witness.net/watchto ... es-said-so
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.

Retourner vers « Général »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité