Le S.S Imperator

Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Le S.S Imperator

Messagepar Conspirator » Ven Déc 24, 2010 5:25 pm

En Aout 1920, Rutherford déclare qu'il va aller visiter ses frères anglais en naviguant sur le S.S Imperator (qui est en fait renommer à cette même période d'un nouveau nom car il est cédé à l'angleterre en compensation- il appartenait à l'Allemagne avant)

Je vous laisse admirer les images de l'intérieur de ce modeste bateau, photos fournies sur ce blog:

http://artandcolour.blogspot.com/2010/0 ... ed-to.html

Image

Image

Image

Mon directeur de conscience TJ me disait que chaque fois que je faisais quelque chose, je devais me demander si Jésus aurait fait de même.... J'imagine que Rutherford devait donc croire que Jésus aimait voyager dans le luxe et la volupté...
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.
KACZAN
Maitre
Messages : 178
Enregistré le : Mer Nov 11, 2009 5:13 pm

Re: Le S.S Imperator

Messagepar KACZAN » Ven Déc 24, 2010 6:54 pm

tjrecherches a écrit :En Aout 1920, Rutherford déclare qu'il va aller visiter ses frères anglais en naviguant sur le S.S Imperator (qui est en fait renommer à cette même période d'un nouveau nom car il est cédé à l'angleterre en compensation- il appartenait à l'Allemagne avant)

Je vous laisse admirer les images de l'intérieur de ce modeste bateau, photos fournies sur ce blog:



Quelque chose me dit que ce rafiot devait coûter un peu plus cher que le coucou de notre mégalomaniaque Président :mrgreen:

Rutherford-bling-bling, est-ce que les tocantes de luxe faisaient partie de son patrimoine? :lol:
"Les maçons du Moyen-Age savaient parfaitement que Dieu n'existe pas, mais ils espéraient qu'à force de lui bâtir des cathédrales, il finirait par exister." [François Cavanna]
Avatar de l’utilisateur
Conspirator
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Re: Le S.S Imperator

Messagepar Conspirator » Sam Déc 25, 2010 6:58 pm

Je me renseigne auprès des ex-TJ américains si on peut savoir par les enregistrements d'embarquement le numéro de sa cabine et donc la classe dans laquelle il voyageait. C'est néanmoins intéressant de voir, qu'il se balade quelques jours à Paris, et que "par chance" il tombe sur "un homme d'affaire français très riche"... (qui va l'aider à entrer à Béthléem)

TG 15 Janvier 1921 P. 24:

"While in Paris Brother Rutherford
by chance met a gentleman of considerable wealth who
is engaged ill l)usilmss in the tlnaneial district of Paris.
in conversation with him he stated that his uncle re-
.-Ned at the entrance to the city of Bethlehem, and he
xc,lunleered a letter of introduction and asked that a
,. isit h(, made to his uncle"
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II.

Retourner vers « Général »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité