Exemple de dénonciation d'un TJ

Avatar de l’utilisateur
Administrateur - Site Admin
Messages : 1932
Enregistré le : Mer Avr 05, 2006 1:00 pm

Exemple de dénonciation d'un TJ

Messagepar Conspirator » Sam Sep 02, 2006 4:08 pm

Une TJ d'une compagnie d'assurance, malgré le devoir de confidentialité, balance une de ses soeurs aux anciens qui se fait exclure. Ironiquement un gars dans l'article dit de faire gaffe quand on emploie un TJ...

Bien sûr le porte-parole officiel des TJ déclare que ce n'est pas une obligation même si la TG de 1987 est citée !!!

Clash of religion, privacy creates difficult exposure.(News)

Business Insurance Jan 5 , 2004


When an employee's religious beliefs clash with an employer's privacy rules, the temptation to tattle can sometimes be overwhelming.

As a result, employers are left with a hard-to-handle exposure: the possibility that a devout employee will break privacy regulations in the name of a greater good.

Dr. Gerald L. Bullock, who practiced medicine in Denison, Texas, in the 1980s, said he was stunned when a bookkeeper at his office released patient information to her church elders. As a Jehovah's Witness, the woman admitted that she was following what she perceived as her obligation to her church to report on a fellow church member's perceived sinful behavior, the doctor explained.

The patient had been treated by Dr. Bullock for a sexually transmitted disease. The Sunday after his employee released that information to church elders, the patient was expelled from the church, he said, and told not to communicate with friends and relatives in the church. "It had a major, major impact on her life,'' Dr. Bullock said.

The patient threatened to sue. Dr. Bullock's attorney advised the physician to immediately fire the bookkeeper and then "call this lady and do whatever she asks because you've got no defense,'' the doctor recalled.

After the firing and an apology, the lawsuit threat was withdrawn.

While such privacy breaches by Jehovah's Witnesses are not frequent, "it does happen,'' according to Gerald Bergman, a former member of the society who has written extensively on the church's practices. He teaches biology and chemistry at Northwest State Community College in Archbold, Ohio.

"Their responsibility is to the church, not to the employer,'' Mr. Bergman said of the approximately 1 million Jehovah's Witnesses in the United States. "The employer is secular, and, therefore, second.''

Such privacy breaches, of course, could be committed by anyone who feels morally obligated to do so, noted George Head, director emeritus of the Insurance Institute of America in Malvern, Pa. "You've got to be careful not to pick on just Jehovah's Witnesses,'' he said.

And no matter why someone feels obligated to release private information, the consequences could be dramatic for the entity that was responsible for that data.

"The ramifications of this are horrendous,'' said Catherine H. Gates, senior training specialist with Montgomery Insurance Co. in Sandy Spring, Md.

Ms. Gates, who teaches ethics workshops for Montgomery's agents, said, "Think of the damage if an insurance company had a lawsuit against them for the release of private information. Whether it was successful or not, they are going to lose their clients.''

Even though it seems obvious that "the right thing to do is keep your mouth shut and the wrong thing to do is share the information with others,'' Ms. Gates said it's not hard to see the ethical dilemma for someone who would want to be loyal to a church as well as his or her employer.

For others, though, the dilemma is not so clear.

"It is definitely not appropriate to release (private information) no matter what the outside religious obligation is,'' said Sanford M. Bragman, Dallas-based vp, risk management at Tenet Healthcare Corp.

The Christian Congregation of Jehovah's Witnesses, the body that directs church affairs, says there is no policy forcing members to report sinful acts or divulge private information. That choice is up to members, according to Phillip Brumley, general counsel for the Brooklyn, N.Y.-based group.

"They should study the scriptures, and what they do is up to them,'' said Mr. Brumley. If there is a conflict, he said, a member should "think that through and decide what to do.''

A 1987 article in the church's Watchtower magazine, which the church says is its most recent on the subject, advises members to consider the ramifications before taking any oath that would put them in conflict with biblical requirements. Doctors' offices, hospitals and law firms are businesses where privacy problems could arise, the article states. "We cannot ignore Caesar's law or the seriousness of an oath, but Jehovah's law is supreme,'' it reads.

The article further states that if a "Christian feels, after prayerful consideration, that he is facing a situation where the law of God required him to report what he knew despite the demands of lesser authorities, then that is a responsibility he accepts before Jehovah.''

It is an employee's promise, though, that appears to be an employer's only protection against the release of private information on moral grounds.

"Even if you have everybody sign something, it isn't going to stop the behavior'' if a zealous employee feels obligated to release information, Ms. Gates noted. "The only thing it can do is keep the employer from being held liable,'' she said.

Dr. Bullock said he now hires only workers who make such promises, and, when interviewing, wants to know whether there is "anything about you that would cause you to tell on a patient,'' he noted. If so, the applicant isn't hired.

Nancy Hacking, director of safety and risk management at Concord Hospital in Concord, N.H., said hospital employees each year sign a confidentiality agreement stating that they will not release confidential information. Workers who violate the agreement, she said, "are subject to termination.''

Apart from educating employees on what information is private, the hospital also runs "audit trails'' on its electronic systems to keep tabs on who accesses such information, Ms. Hacking said.

At Tenet, ongoing training, much of it online, keeps employees aware of what information should be kept private, according to Mr. Bragman. The training covers regulations contained in the Health Insurance Portability & Accountability Act that govern privacy, he said.

Adam G. Linett, associate general counsel with the Jehovah's Witnesses, said employers shouldn't fear HIPAA penalties for unauthorized disclosures because sanctions in the act are aimed at employees.

And, Mr. Linett said, he "can't think of a single case where this has happened and resulted in a lawsuit.'' COPYRIGHT 2004 Crain Communications, Inc.

Tiré de http://www.jehovahs-witness.com/16/119593/1.ashx
Messages : 3
Enregistré le : Ven Oct 06, 2006 5:14 pm

Messagepar caja » Ven Oct 06, 2006 9:19 pm

j ai lu votre message mais je n arrive pas a tout lire car c est tout est ecrit en anglais et est ce posssible il existe une traduction francaise ?
merci ..
Messages : 2
Enregistré le : Jeu Oct 28, 2010 3:42 am

Re: Exemple de dénonciation d'un TJ

Messagepar Lightmare » Mer Nov 03, 2010 1:51 am

trad a la vite par google:

Lorsque religieuses d'un employé conflit avec les croyances des règles de confidentialité de l'employeur, à la tentation de cancans peuvent parfois être écrasante.

Par conséquent, les employeurs se retrouvent avec un dur à manipuler l'exposition: la possibilité qu'un employé de dévots se briser les règles de confidentialité dans le nom d'un plus grand bien.

Dr. Gerald L. Bullock, qui a pratiqué la médecine dans l'affaire Denison, Texas, dans les années 1980, a déclaré qu'il était stupéfait quand un aide-comptable à son bureau a publié l'information du patient à sa anciens de l'église. Comme un témoin de Jéhovah, la femme a admis qu'elle était la suite de ce qu'elle considère comme son obligation à son église de faire rapport sur un membre d'église est perçu comportement pécheur, a expliqué le docteur.

Le patient avait été traité par le Dr Bullock pour une maladie sexuellement transmissible. Le dimanche après son employé a publié cette information pour anciens de l'église, le patient a été expulsé de l'église, dit-il, et dit de ne pas communiquer avec des amis et des parents dans l'église. "Il avait un important impact majeur sur sa vie,''M. Bullock a dit.

Le patient a menacé de poursuivre. avocat Dr. Bullock a informé le médecin immédiatement le feu de l'aide-comptable, puis "appel de cette dame et de faire tout ce qu'elle demande parce que tu n'as pas de défense,''le médecin a rappelé.

Après la mise à feu et des excuses, la menace poursuite a été retirée.

Alors que des violations de confidentialité telles par les Témoins de Jéhovah ne sont pas fréquents, "cela arrive'', selon Gerald Bergman, un ancien membre de la société qui a beaucoup écrit sur les pratiques de l'église. Il enseigne la biologie et la chimie au Nord-Ouest State Community College dans Archbold , dans l'Ohio.

«Leur responsabilité est de l'église, pas à l'employeur,''a déclaré M. Bergman des 1 millions environ Témoins de Jéhovah dans les États-Unis.« L'employeur est laïque, et, par conséquent, d'autre part.''

Ces violations de la confidentialité, bien sûr, peut être commis par quelqu'un qui se sent moralement obligé de le faire, a noté George Head, directeur émérite de l'Institut d'assurance de l'Amérique à Malvern, en Pennsylvanie "Il faut veiller à ne pas s'en prendre à tout Témoins de Jéhovah,''at-il dit.

Et peu importe pourquoi quelqu'un se sent obligé de divulguer des informations privées, les conséquences pourraient être dramatiques pour l'entité qui était responsable de ces données.

"Les conséquences de cette horrible sont'', a déclaré Catherine H. Gates, spécialiste de la formation supérieurs à Montgomery Insurance Co. à Sandy Spring, Maryland

Mme Gates, qui enseigne l'éthique des ateliers pour les agents de Montgomery, a déclaré: «Pensez à des dégâts si une compagnie d'assurance avait un procès contre eux pour la divulgation de renseignements privés. S'il a réussi ou non, ils vont perdre leurs clients. ''

Même s'il semble évident que «la bonne chose à faire est de garder la bouche fermée et la mauvaise chose à faire est de partager l'information avec d'autres,''Mme Gates a dit qu'il n'est pas difficile de voir le dilemme éthique pour quelqu'un qui voudrait être fidèle à une église ainsi que son employeur.

Pour d'autres, cependant, le dilemme n'est pas aussi claire.

"Ce n'est certainement pas appropriée pour libérer (information privée), peu importe ce que l'obligation religieuse est à l'extérieur'', a déclaré M. Sanford Bragman, vp basé à Dallas, la gestion des risques à Tenet Healthcare Corp

La Congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah, l'organe qui dirige affaires de l'église, dit qu'il n'y a pas de politique oblige les membres à signaler les actes de péché ou de divulguer des informations privées. Ce choix appartient aux membres, selon Phillip Brumley, l'avocat général pour le groupe de Brooklyn, NY-base.

"Ils devraient étudier les Écritures, et ce qu'ils font à eux'', a déclaré M. Brumley. S'il ya un conflit, at-il dit, un membre doit" penser que, grâce à et à décider quoi faire.''

Un article paru en 1987 dans le magazine de l'église de la Watchtower, dont l'église est dit de sa plus récente sur le sujet, conseille les membres d'examiner les conséquences avant de prendre un serment qui les mettrait en conflit avec les exigences bibliques. Les cabinets de médecins, les hôpitaux et les cabinets d'avocats sont des entreprises où des problèmes pourraient surgir la vie privée, l'article. "Nous ne pouvons pas ignorer le droit de César ou de la gravité d'un serment, mais la loi de Jéhovah est suprême, il lit''.

L'article précise en outre que si un chrétien «se sent, après avoir examiné la prière, qu'il est confronté à une situation où la loi de Dieu doit lui rendre compte de ce qu'il savait, malgré les demandes de moindre autorités, alors que c'est une responsabilité qu'il accepte devant l'Éternel. ''

Il est la promesse d'un employé, cependant, qui semble être la seule protection d'un employeur contre la divulgation de renseignements personnels pour des raisons morales.

"Même si vous avez quelque chose que tout le monde signe, il ne va pas arrêter le''problème si un employé zélé se sent obligé de divulguer des renseignements, Mme Gates a noté." La seule chose qu'il peut faire est de garder l'employeur soit tenu pour responsable ,''dit-elle.

M. Bullock a dit qu'il engage maintenant seulement les travailleurs qui font de telles promesses, et, lors de l'entretien, veut savoir s'il ya "quelque chose sur vous que vous amèneraient à dire sur un patient,''at-il noté. Si c'est le cas, l'ISN requérante 't embauché.

Nancy Hacking, directeur de la sécurité et la gestion des risques à l'hôpital Concord à Concord, NH, a déclaré employés de l'hôpital chaque année par écrit une entente de confidentialité qui ont déclaré qu'ils ne seront pas divulguer des renseignements confidentiels. Les travailleurs qui violent l'accord, at-elle dit, "sont soumis à la résiliation.''

Outre la sensibilisation des employés sur les renseignements privés, l'hôpital gère également "des pistes de vérification''sur ses systèmes électroniques de garder un œil sur qui accède à ces informations, Mme Hacking dit.

Au Tenet, formation continue, en grande partie en ligne, de tenir les employés au courant des informations doit être gardé secret, selon M. Bragman. La formation porte sur les règlements contenus dans la portabilité d'assurance maladie et Loi sur la responsabilité qui régissent la vie privée, at-il dit.

Adam G. Linett, avocat général associé avec les Témoins de Jéhovah, a déclaré employeurs ne devraient pas craindre les sanctions HIPAA pour les divulgations non autorisées parce que les sanctions dans la loi sont destinés aux employés.

Et, M. Linett dit, il "ne peut pas penser un seul cas où cela s'est produit et a abouti à un procès.''

Retourner vers « Stratégie de guerre théocratique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité